banniere-web-astropolis-enq

Get Adobe Flash player

Comme tous les étés, Astro revient convoquer l'esprit de la fête, attirer les gens libres sous la conjonction des astres. Pour ce faire, aux quatre points cardinaux de la cité, port, manoir, Vauban, Guérin, s'échafaude tout un système minutieux et plein de malice, pour remettre en place la dimension du son. Les lignes de longitude et latittude. L'esprit de la fête, la pêche, les anciens, les jeunes, les pompons rouges. Tout est faisable dès lors qu'on voit Laurent Garnier danser sur les tables à Astro, heureux comme un gosse, épelant toute la nuit les tables de la Loi. Cool, décontracté, moderne. Old school et novateur, comme toujours. À l'image du gardien, Manu le Malin, dont la présence perpétuelle est le gage. Astro 2011, c'est pas une institution, c'est un laboratoire. Une station orbitale vraiment logique et vraiment barrée, comme dans tous les films de SF des années 70. Un vivier sonique qu'on explore et qu'on retrouve inlassablement, côté cour côté jardin, de la Carène au Manoir de Kéroual, où le ciel est toujours plus vert qu'ailleurs, et où on saute sur des trampolines en osmose avec la terre. Astro, c'est toujours comme si c'était la première fois. En mieux. Parce qu'on n'est pas sérieux, quand on a 17 ans.

Philippe Stourm,

40 ans de Rock à Brest...


En un clic !

livret2011  plankeroual LINEUP2011
FC-Astropolis
encart_astropolis_ferarock
225x225